Rechercher
Pastrami de veau « Henry-Jacob » – Michel Kalifa – Maison David
8435
portfolio-item-template-default,single,single-portfolio-item,postid-8435,eltd-core-1.2,woly-ver-1.2,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-follow-portfolio-info,eltd-main-style1,eltd-disable-fullscreen-menu-opener,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,eltd-,eltd-header-standard-disable-transparency,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Pastrami de veau « Henry-Jacob »

C’est une poitrine de veau désossée, frottée d’herbes, d’ail et d’épices. Le pastrami de Veau Henry-Jacob allie modernité et respect de la tradition en révélant un monde de saveurs inimaginables. Le pastrami de Veau Henry-Jacob respecte les procédés artisanaux de la fabrication du pastrami. Il demande par exemple beaucoup d’attention et de temps, soit en moyenne 8 semaines pour arriver au produit final.

Le pastrami de veau fait aussi office de bacon de veau et s’accompagne agréablement de champignons et d’oeufs brouillés. Pour ce faire, il est nécessaire de faire revenir quelques minutes dans une poêle des tranches persillées de ce pastrami de veau, ajoutez des oeufs battus et servir le tout dans une assiette avec une sucrine, des tomates cerises et de la ciboulette fraîche. Le pastrami de veau Henry-Jacob peut également se manger dans un sandwich (baguette, buns ou bagel) avec un cornichon au tonneau coupé en fines lamelles et notre fameuse moutarde douce au miel et au carvi.

Aujourd’hui dans la tradition juive ashkénaze, il s’insère et se présente comme une des charcuteries incontournables sur les plateaux traiteur au même titre que le Pickelfleisch, la Langue écarlate, le Saucisson de Cracovie, les Gendarmes et les Cornichons au tonneau.